Bienvenue sur Kelsalle !

Quand le coronavirus vient perturber votre mariage

Le soleil ne brille plus au pays du mariage ! L’épidémie de Covid-19 est passée par là et les mariages ne sont plus célébrés jusqu’à nouvel ordre.

Vous faites partie des futurs mariés de mars, avril, mai qui voient leur Jour J annulé ou qui sont dans l’angoisse de subir cette annulation ? Il est certain que votre tristesse est immense après avoir préparé avec tant d’énergie et de stress ce jour J qui pour le coup restera inoubliable... mais dans sa version cauchemardesque.
Pour achever le tout, il est interdit désormais de sortir de chez soi sans attestation dérogatoire jusqu’à nouvel ordre.

Alors, comment faire pour reporter votre mariage en période de confinement ?

1. Pas de panique

Dans le cadre de l’organisation d’un mariage, les préparatifs ne sont pas perdus. Pour preuve, vos habits, vos alliances, tous vos achats de décoration, la location de votre matériel. Si vos alliances sont déjà gravées, cela peut être modifiable, voyez avec votre bijoutier. Si vous avez acheté des dragées de qualité, elles se conservent très bien également.
Donc, on relativise, on se retrousse les manches et on prend en main le report de ce beau jour.

2. Changer la date

Votre date vous tenait à cœur car elle représente un événement important dans votre couple ? Le bon réflexe est donc de voir avec la Mairie, votre lieu de culte (ou votre officiant de cérémonie laïque) et votre lieu de réception si vous pouvez le reporter en 2021, à la même date. Oui, c’est loin, mais votre amour n’en sera que plus fort à ce moment-là et ce report vous donnera aussi le temps de revoir peut-être certaines prestations que vous n’estimiez pas parfaites !
Si la date choisie n’était pas symbolique, alors un report dans le deuxième semestre 2020 est envisageable. Il y a bien évidemment bousculade pour cette période. Il faudra faire croiser les dates disponibles de votre lieu de réception, de la mairie et du lieu de culte, ainsi que du plus grand nombre de vos prestataires afin de choisir la date qui vous permettra de perdre le moins de prestataires possibles et de sauver votre budget.
Vous avez une nouvelle date ? C’est reparti pour un tour.

3. Prévenir vos invités

C’est maintenant votre priorité. Pas de courrier postal bien évidemment, téléphonez ou envoyez des emails pour être sûrs que tout le monde est bien informés de l’annulation bien évidemment et du report pour que chacun s’organise de nouveau.

4. Vous faire rembourser ?

Vous avez souscrit une assurance mariage ? Bravo car très peu de futurs mariés pensent au pire en préparant un événement aussi heureux ! Dans ce cas, vous serez très certainement remboursés pour les prestations que vous devez payer de nouveau. Pour les autres, voyez avec votre assureur habituel, regardez du côté de votre banque si vous avez réglé par carte bleue car cette dernière est parfois liée à des assurances en cas d’accident, d’hospitalisation... donc pourquoi pas d’épidémie inédite comme le covid-19 ?
Enfin, scrutez les conditions générales de vente de vos différents contrats avec les prestataires. Regardez si la mention "cas de force majeure" est présente. Cela réfère à l’article 1218 du Code Civil : "il y a force majeure en matière contractuelle lorsqu’un événement échappant au contrôle du débiteur, qui ne pouvait être raisonnablement prévu lors de la conclusion du contrat et dont les effets ne peuvent être évités par des mesures appropriées, empêche l’exécution de son obligation par le débiteur." Dans la mesure où vous ne pouviez pas prévoir l’épidémie de coronavirus, le confinement et l’interdiction de rassemblements vous permettant de réaliser votre mariage, cette close du contrat peut vous être favorable si elle n’est pas assortie de conditions particulières. Faites lire votre contrat par une association de défense du consommateur ou la répression des fraude pour connaître vos droits.

5. Négocier avec les prestataires indisponibles

Devant la loi, un acompte ne se rembourse pas en cas d’annulation car il s’agit d’une commande ferme et définitive. Vous pouvez cependant tenter une négociation de remboursement amiable mais ayez en tête que le professionnel n’est pas plus responsable que vous de cette situation encore pire pour lui, qui doit faire face à des annulations en cascade et à une perte totale de ses revenus pendant toute la période du confinement ! La clé est donc dans les clauses des conditions générales de vente pour mener à bien votre négociation.

Bon courage à tous et restez positifs. Après tout, vous vous mariez "pour le meilleur et pour le pire" non ? Votre couple vit peut-être sa première épreuve, vous la traverserez ensemble et votre amour en sortira encore plus solide !